Humanitarian protection is being downgraded from 28 June 2022

A partir du 28 juin 2022, le niveau de protection humanitaire est réduit

Les nouvelles règles sur le statut de protection humanitaire s’appliqueront aux demandes présentées à compter du 28 juin 2022 Changements ils sont un autre exemple de la façon dont le nouveau plan d’immigration du gouvernement crée un système d’asile plus cruel, moins efficace et plus coûteux.

Environ 1 000 personnes bénéficient chaque année d’une protection humanitaire. Règles d’immigration dire qu’il est accessible aux demandeurs d’asile lorsque, entre autres, “il a été démontré qu’il existe des raisons sérieuses de croire que la personne concernée courrait un risque réel d’atteinte grave si elle était renvoyée dans son pays d’origine et qu’elle ne peut pas, ou en raison d’un tel risque, ne veut pas bénéficier de la protection de ce pays ».

Actuellement, les personnes qui sont reconnues comme ayant besoin d’une protection humanitaire se voient accorder un permis de séjour de cinq ans conformément au paragraphe 339Q(ii) des Règles. Après cela, ils peuvent demander la résidence permanente. Les nouvelles règles réduiront l’autorisation de protection humanitaire en même temps que Réfugiés du “groupe 2”.: ceux que le gouvernement considère comme moins méritants de protection pour des raisons telles que leur incapacité à accéder à une route régulière vers le Royaume-Uni. [If the term ‘Group 2 refugee’ means nothing to you, I recommend that you take Free Movement’s training course on the Nationality and Borders Act 2022, as a matter of urgency — Ed.]

Alors que le nouveau paragraphe 339QA(ii) prévoit des “circonstances extraordinaires” en relation avec les conditions des réfugiés du groupe 2, il n’y a pas un tel pouvoir discrétionnaire pour ceux qui bénéficient d’une protection humanitaire temporaire. Par conséquent, s’il est possible de contester la décision de placer quelqu’un dans le groupe 2 (et d’ailleurs l’Agence d’aide juridictionnelle déjà introduit taux horaire pour ce travail) afin que leur statut puisse éventuellement être reclassé en groupe 1, il n’existe pas de disposition équivalente pour les bénéficiaires de la protection humanitaire. Un permis de deux ans et demi semble être tout ce qui est proposé.

Contexte des changements

Le gouvernement n’a donné aucune indication réelle quant à son intention d’apporter ces changements. Il n’y a aucune mention dans explications au projet de loi sur la nationalité et les frontières, ni dans le projet Charge ni dans la loi finale sur la nationalité et les frontières.

Enfin, en réponse à une question écrite par la députée Olivia Blake, ministre de la lutte contre l’immigration illégale, a déclaré en mars 2022 que “les droits accordés aux bénéficiaires de la protection humanitaire seront également ajustés pour refléter les changements apportés ailleurs dans le système d’asile”. Il a également évoqué commentaires précédents Lord Wolfson de Tredegar QC lors de l’étape du Comité des Lords du projet de loi sur la nationalité et les frontières : “nous apporterons d’autres modifications pour aligner les droits aux permis de séjour accordés dans le cadre de la protection humanitaire avec les droits des réfugiés du groupe 2.”

Ce changement a été confirmé dans le dernier état des changements aux règles d’immigration et entrera en vigueur le 28 juin 2022. Le reste de cet article décrit ces nouvelles règles comme si elles étaient déjà en vigueur.

Les nouvelles règles de protection humanitaire plus en détail

Le nouveau paragraphe 327F prévoit que si une demande d’asile a été jugée irrecevable en vertu article 80A ou 80B de la loi de 2002 sur la nationalité, l’immigration et l’asile, toute demande connexe de protection humanitaire (basée sur les mêmes faits) sera également irrecevable. Cela étend le processus d’irrecevabilité aux demandes de protection humanitaire. Il n’y a pas de droit de recours contre cette décision.

Il n’est pas possible de demander indépendamment une protection humanitaire et d’essayer d’éviter cette disposition. Le paragraphe 327CE stipule que toute personne qui fait une telle demande sera traitée comme un demandeur d’asile et cette personne sera évaluée pour le statut de réfugié en première instance (comme c’est déjà le cas) avant que la protection humanitaire ne soit envisagée.

La liste des raisons pour lesquelles une personne peut être exclue de l’octroi de la protection humanitaire a également été élargie pour inclure l’article 339D(iv) “lorsqu’elle a été légalement condamnée pour un crime particulièrement grave (défini au § 72). (Nationality, Immigration and Asylum Act 2002) constitue un danger pour la communauté britannique ».

Le nouveau paragraphe 339QB stipule que si une personne se voit accorder une protection humanitaire, elle se verra accorder une nouvelle forme de congé appelée “congé humanitaire temporaire pour rester”. Cette autorisation durera au moins deux ans et demi (en pratique, la grande majorité des subventions seront accordées pour cette période).

Addenda Protection du règlement est également modifié pour exclure expressément les personnes qui ont obtenu un congé temporaire de protection humanitaire de la possibilité de demander un congé à durée indéterminée en vertu des dispositions du présent règlement. Cependant, même après cela, ils auront droit à un congé pour une durée indéterminée dix ans de résidence légale au Royaume-Uni, comme indiqué au paragraphe 276B des règles d’immigration, s’ils peuvent satisfaire aux exigences supplémentaires du test de langue anglaise et de la vie au Royaume-Uni et peuvent se permettre frais.

Quel sera l’impact des changements ?

Les changements signifient que l’autorisation accordée à une personne reconnue comme ayant besoin d’une protection humanitaire a été réduite de moitié et que le temps qu’elle doit passer au Royaume-Uni avant de pouvoir s’installer a été doublé. Au lieu de deux demandes jusqu’à ce qu’elle soit réglée, chaque personne doit désormais en faire jusqu’à cinq : la première demande, une prolongation de deux ans et demi à cinq ans, puis sept ans et demi puis dix ans. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils pourront demander un congé à durée indéterminée.

L’année dernière, il y a eu une protection humanitaire accordé à des personnes du Yémen, de Libye, d’Iran, d’Irak, d’Érythrée, d’Arabie saoudite et d’El Salvador et d’autres. 1 296 subventions de protection humanitaire ont été accordées en 2018, 1 235 en 2019, 1 005 en 2020 et 942 en 2021.

Le coût humain de cette longue période d’incertitude et la nécessité de continuer à dialoguer avec le ministère de l’Intérieur à des intervalles aussi réguliers seront énormes. Le département est n’est plus capable traiter les demandes d’asile en temps opportun.

Étapes pratiques maintenant

Il est très important de noter que ces nouvelles règles ne s’appliquent qu’aux demandes soumises à compter du 28 juin 2022. Le ministère de l’Intérieur a connu un retard important dans les entretiens de sélection tout au long de l’année, mais il a été confirmé que toute personne ayant appelé avant le 28 juin 2022 et demandé un entretien n’est pas couverte par ces nouvelles dispositions. Toute personne contactant le ministère de l’Intérieur avant cela doit s’assurer d’obtenir un numéro de référence de la personne à qui elle parle. Il semblerait également judicieux de prendre une capture d’écran de l’appel tel qu’il est enregistré dans la liste des appels récents de votre téléphone, en capturant le numéro de téléphone, la date et la durée de l’appel. Cela devrait aider si des problèmes de preuve surviennent autour de la date de contact.

Leave a Comment

Your email address will not be published.